Le rayon vrac a progressé de 20% en 2015 à Bio Golfe

rayon vrac bio golfe theix

« C’est un mouvement de fond qui concerne tous les âges ! » Pour Jean-René Doré, directeur de Bio Golfe, qui compte des magasins à Theix et Luscanen, la chasse aux déchets s’installe durablement chez les consommateurs du pays de Vannes.

Un signe ne trompe pas. Le rayon vrac de ces boutiques a progressé de 20% en 2015. « Ça fait 3 ou 4 ans que ça augmente ainsi. »

Il faut dire que les arguments ont de quoi séduire. « Ce sont des produits bruts, sans emballage, ce qui réduit leurs prix de 30 %. Et en plus c’est écologique. On met des sacs en papier à disposition des clients mais ils sont de plus en plus nombreux à venir avec leurs propres contenants ou à acheter les sacs en coton que l’on vend à prix coûtant », observe-t-il.

Parmi les produits les plus prisés, on trouve le sucre en haut du podium, suivi des pâtes, du riz et ensuite des légumineuses, des fruits secs…

Du personnel dédié

Un succès tel que la grande distribution s’y est aussi mise « pour une question d’image, mais elle ne le fait pas dans les mêmes proportions. Pour nous, ce rayon est historique. On sait parfaitement le gérer. Car oui, ça demande une attention particulière au niveau de l’entretien, de l’hygiène et de la gestion des stocks. Donc du personnel dédié. »

A Bio Golfe, à Theix, un salarié a en charge le rayon sur toute l’amplitude horaire d’ouverture du magasin. « Si on ne mettait pas les moyens, la sanction serait immédiate ! » Une initiative d’autant plus cruciale qu’en déménageant dans les prochains mois à la place du Comptoir de la Mer, derrière Stokomani, l’offre va encore se développer.

« On va passer de 150 références ici à Theix à 300 dans le nouveau magasin. »

L’installation d’un pôle traiteur, avec des producteurs bio locaux, ne fera pas exception au zéro déchet. « Chacun pourra venir avec ses propres boîtes ! » Bio Golfe ne compte pas s’arrêter là et veut aussi s’attaquer aux emballages des cosmétiques. « Pour l’heure, on n’a pas trouvé de solution satisfaisante pour éliminer le tube de dentifrice. On y réfléchit à notre niveau… »

Le débat n’a par ailleurs pas été définitivement tranché concernant les bouteilles d’eau. Biocoop a décidé de les bannir. Pas encore Bio Golfe.

Source : Ouest France Vannes